Décès d’Armel Larochelle

Il est 22 h 30, le 03 février 2016, l’on vient de me téléphoner à l’instant du Canada pour me dire qu’Armel Larochelle est décédé hier vers 4 heures (je crois). Il seras enterré samedi à 14 heures.

Lorsque j’étais sur Mindanao aux Philippines, j’avais quelque peu rompu le contact avec lui. De retour en France, j’avais alors repris mes appels téléphoniques. Il avait un virus sur son ordinateur, virus qui s’activait dès qu’il allait sur internet… Donc de ne plus pouvoir échanger de mail avec lui, sa santé ne lui permettant pas de corriger ce qui semblait un détail.

Pour faciliter le contact, je lui avais envoyé une tablette Kindle qu’il avait connectée à son Wifi toujours actif. J’ai pu ainsi lui adresser des livres et aussi des textes que j’avais alors préparé pour lui. On pouvait ensuite en parler par téléphone. Puis, il a été en maison de retraite, puis hospitalisé, oubliant sa tablette. J’ai continué néanmoins à garder le contact téléphonique. Parfois sa voix indiquait qu’il avait espoir… mais mon dernier appel fut très court car il était très fatigué. Ensuite j’ai seulement eu une infirmière qui disait qu’il se reposait et qui m’a précisé à mon tout dernier appel qu’il s’en allait.

Je me suis alors rabattu sur un numéro de téléphone que je lui avais demandé de me donner au cas où il ne pourrait pas me donner de nouvelle. C’était celui d’une cousine Thérèse. Je l’avais alors appelé à plusieurs reprises pour avoir de ses nouvelles comme cela ne répondait plus chez lui. Ainsi, j’ai eu les téléphones des différents lieux où il a été. Après avoir appris qu’il s’en allait, j’ai téléphoné à Thérèse pour lui donner cette nouvelle et lui donner mon numéro de téléphone pour qu’elle m’appel en cas de triste nouvelle.

Ainsi, à l’instant, ce coup de fil d’elle. J’en ai les larmes aux yeux.

Armel a beaucoup oeuvré pour comprendre l’univers. Il a écrit plusieurs ouvrages et fait un site web (disparu un peu avant lui). Il aurait aimé être reconnu. Mais de reconnaissance aucune. Des railleries, oui !

Une page web humoristique le présente comme un astrophysicien méconnu. Dans cette page, j’ai découvers une belle expression qu’on dit de lui :

 » NOS ENFANTS MANQUENT D’AMOUR ET SURTOUT D’AMOUR NON PLATONIQUE. « 

Je pense que cela dit très long sur ce qui lui a manqué étant enfant. Vers les 10-12 ans, il a été deux ans sans aller à l’école. Il a alors emprunté de l’argent à sa soeur et s’est inscrit dans un école en sautant une classe. Il passera son temps à étudier, n’ira pas même en récré, avec pour résultat final :

Armel Larochelle est récipiendaire en 1955 d’une médaille du Gouverneur Général, alors élève à l’école Normale de Laval.

Il annoncera alors avoir non pas manqué un an, mais deux années scolaires. On ne le croira pas.

L’approche d’Armel m’a été très utile pour résister dans l’adversité relativement constante à laquelle j’ai dû faire face à l’époque ou je l’ai connu. Ce sont les cheveux embrouillés de ma fille Camélia qui m’ont conduit à lui. Je l’avais expliqué dans le tout premier post de mon blog défunt : Pi égale 3 mon amour !

J’ai un doute sur la valeur du titre, mais ce post débutait ainsi :

lundi 22 janvier 2007

La femme et l’homme, préséance féminine apparente

L’automne dernier (2006), j’ai été visiter Armel Larochelle à Québec. Un an avant, nos vacances d’été en famille avait débuté au bord de mer à La rochelle et s’était terminée à La rochelle avec un défi lancé suite à un fil d’Ariane à dénouer (les fins longs cheveux de ma fille Camélia terriblement emmêlés). Problème résolu in extremis, nous reprenons ensuite la voiture pour rentrer. A la radio, on entend alors : « Si vous comptez arriver à l’horaire que vous vous êtes fixé par cette journée de chassée croisé sur les routes (on était le 31 juillet 2005), autant résoudre la quadrature du cercle ». Or intimement, je pensais avoir les clés de cette résolution. Un défi m’était donc fait, défi que je comptais bien relever malgré les délicates traversées de Nantes et de Rennes. Eh bien, comme prévu, pilepoil à 19 heures, nous étions à Pacé pour remettre les enfants à leur mère.

Une fois rentré, je pense alors à taper « quadrature du cercle » sur le Web. C’est ainsi que je découvre la théorie d’Armel… Larochelle. Dans celle-ci, je n’ai jamais vraiment perçu une explication du monde, mais plutôt une implication. Qu’est-ce que cela m’apporte, en quoi cela me changes-t-il ?

Armel annonce que pi égal trois lorsqu’on trace un diamètre courbe, lequel apparaît comme une caresse qui, multipliée par quatre, est en mesure d’encadrer le cercle ( La démonstration d’Armel Larochelle ).


 

Voilà donc une résurgences de ce qui a été écrit et enterré. L’existence même de ce blog ‘Pi égale 3 mon amour » a été provoqué par Marie-Annick Delaunay dont j’ai voulu dépanner le blog, blog consacré à son livre « Immigration par escroquerie sentimentale ». Alors que je voulais le détruire, son éditeur m’a encouragé à continuer. C’est donc plusieurs milliers de posts que j’ai écris. Un jour, un commentaire des Philippines. Quelques mois après, de m’envoler pour ce pays dans lequel je suis resté deux ans et demi.

Mon blog « Pi égale trois mon amour » m’avait fait changer de vie et n’avait plus de raison d’exister. Il avait fallu pour cela un seul contact.

A noter que certains lisaient « Piège » pour Pi égale…

Armel lui ne s’est pas libéré du piège de son enfance maltraitée par manque de reconnaissance de ses particularités. Il en est mort ! C’est regrettable, très dommage, mort à mes yeux prématurée. Une dissociation traumatique avait été mise en place chez lui durant son enfance. Il a alors fait un gigantesque effort pour comprendre l’harmonie de l’univers, cherchant à combler la dissociation qu’il ressentait en lui, dissociation qu’il est extrêmement difficile d’accepter car celle-ci met en cause nos parents.

Je suis très triste, les yeux embrumés de larmes… Paix à lui !

PS. : Il y a-t-il un point de contact dans ma vie qui laisserait entendre que j’aurai ressenti son décès, que j’étais profondément en contact avec lui ? D’y réfléchir et de me rendre compte que la nuit dernière (ce qui devait être l’après midi au Québec) m’est venu l’idée de contrôler mon passeport pour savoir quand je devrais le refaire. J’ai regardé ce matin, sa validité se termine en mai 2016. Il est temps donc de demander son renouvellement et j’ai pris rendez-vous cet après-midi pour ce faire. Je peux raisonnablement penser que cette idée liée au passeport, passeport qui était nécessaire pour lui rendre visite, me connectait à son départ, au fait qu’il nous quittait.

Publicités
Décès d’Armel Larochelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s