Devoir me tenir à carreau ?

6 février 2016
Petit incident domestique ce matin : ma compagne qui doit partir au travail met de force un vêtement au fiston qui viens d’avoir deux ans. Il n’est pas d’accord. Il pleure. Elle insiste. Voyant cela, j’interviens et fini par lui enlever le vêtement mis de force, il arrête alors de pleurer. Je le met ainsi dans la voiture et conduit ma compagne au travail à 10 km. Me viens l’idée relative à une dictature féminine couplée à un monopole de l’expression sociale (prochain post ?). Pour le retour, je sais que les enfants vont vouloir aller chez mamie mais elle me donne la consigne de rentrer à la maison. Elle prétexte qu’elle a peut-être oublié de couper le feu sous la poêle. Je reste silencieux et, harcelé, fini par dire que je n’ai pas d’ordre à recevoir. Alors là, elle explose, devient menaçante : oui, ta maison peut brûler, on en n’a rien à faire, me parle de l’or que je n’ai pas dehors et qui me permettrait alors de survivre… Elle me quitte fâchée alors que je dois aller la reprendre à midi.

A propos de ce feu dévastateur, mon cousin locataire viens d’entendre de telles menaces de la part de l’usufruitière, ma mère de 80 ans : « oui, on va mettre le feu aux bâtiments. » Le notaire alors d’intervenir pour pondérer.

Au final, si je comprend bien, j’ai intérêt à bien me tenir car on va détruire le peu que je possède par le feu. En effet, dans les deux cas de figure, les bâtiments m’appartiennent.

Serais-je donc un nouveau Prométhée que l’on va torturer par le feu destructeur, cela pour m’être approprié du feu de la réunion après une très longue dissociation traumatique me maintenant sous coupe ?
Malgré ma restauration, rien ne devrait donc changer. Il faudrait que je me tienne à carreau sinon cela ira mal pour mon matricule, de risquer de perdre le bien peu que je possède… Il est en effet vraiment curieux d’entendre deux femmes faire ce genre de menace destructrice égard à mes biens, cela à quelques jours d’intervalles. Je dois rester aux ordres, ne pas avoir de velléité de m’échapper de leur emprise, emprise féminine.

En faites, il n’y a pas véritablement de problème car pour cette phase décisive qui consistait vraiment à me retrouver, j’avais déjà paradoxalement accepté de tout perdre, de perdre tout ce qui était en relation avec mes origines familiales, avec ce qui me rattachait à mon lieu de naissance.

Toutes ces menaces sont donc sans prise aucune sur moi. Et même si je devais à nouveau perdre les enfants (on peut aisément l’imaginer au vue de l’abrutissement du système social français, particulièrement de sa justice), mon expérience montre que j’ai pu survivre à un tel traumatisme malgré un « Toi, si tu perds les enfants, tu pètes les plombs » de mon ex avant qu’elle m’en prive complètement.

Comme refuge extérieur, je pouvais envisager le Québec chez Armel Larochelle. Mais il viens de décéder… Malgré tout, je reste serein… De préparer le renouvellement de mon passeport.

Publicités
Devoir me tenir à carreau ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s