Publicis et l’immense connerie féministe !

Alors que je ne souhaitais plus rien publier sur ce blog, l’histoire qui viens d’arriver Kevin Roberts, directeur de la filiale Saatchi et membre du directoire de Publicis, m’incite à écrire à nouveau.

L’enfance est actuellement sacrifiée sur l’autel du féminisme et je trouve cela totalement inacceptable. ET dénoncer l’enfance maltraitée -et aussi ce qu’il y a avant l’enfance- est TOTALEMENT inacceptable pour les autorités corrompues par le féminisme. Et cela ne semble pas se limiter à l’homme.  Ainsi, j’ai,  en 1980, dénoncé la perte de 120 000 veaux annuellement estimés perdus (avortements accidentels et maladies néo-natales) sur les quatre départements bretons, proposant dans la foulée une nouvelle piste de recherche. Que fut la réponse des autorités et notamment celle  de l’INRA ? On me demanda de me dédire sinon fermeture des portes de l’emploi pour le tout nouvel ingénieur en agriculture que j’étais. Ce qui fut fait. Donc, il semble que l’on ferme délibérément les yeux sur la souffrance foetale et celle de l’enfance. Pourquoi donc ? Alice Miller donnerait une réponse.

L’enfance est sacrifiée sur l’autel du féminisme car alors que les femmes veulent faire jeu égal avec l’homme, et qui alors dans ce cas s’occupe véritablement des enfants ? On ne peut à la fois être véritablement réceptifs (ce dont les enfants ont besoin) et en même temps être en mode combat, conquête. Et qui trinque dans cette opposition ? Ce sont évidemment les enfants qui n’auront pas vraiment eu d’écoute, de témoin attentif… la véritable féminité ayant été déserté pour faire jeu égal avec l’homme.

Il faut vraiment être complètement abruti, avoir eu son enfance maltraité et l’occulter, pour donner du crédit à cette pseudo égalité des sexes, égalité censé gommer les différences, dont une mise en avant par Kevin Roberts, ce qui lui a valu la perte de son poste.

En effet, il aurait oser dire qu’elles privilégiaient « l’ambition circulaire » pour être heureuse, plutôt que « l’ambition verticale « pour atteindre les hautes responsabilités.

Avec le règne de la pensée unique, on n’a pas le droit de dire une chose pareille… Notamment quand on est chez Publicis… Vraiment des abrutis !

Publicités
Publicis et l’immense connerie féministe !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s